Événements et inscription

FR BHAW Graphic

 

 

 

Inscrire Maintenant

lundi 30 septembre

brain tree

Explorer le monde de la mémoire et de la démence

Dr. Antoine Hakim, Keynote Speaker presenting “Save Your Mind – Seven Rules to Avoid Dementia”

Proclamation of Brain Health Awareness Week

Date : lundi 30 septembre 2019
Heure : 17h30 à 19h00
Enregistrement : 17h00
Lieu : uOttawa, Roger Guindon| amphithéâtre 2005 | 451, chemin Smyth

L’un des plus grands attributs du cerveau humain est sa capacité de s’orienter dans l’espace. En grandissant, l’enfant perfectionne cette aptitude chaque fois qu’il sort de la maison et qu’il tente de retrouver le chemin du retour. Nous l’utilisons chaque fois que nous allons à la banque, à la cuisine ou à l’aéroport pour partir en voyage. Sans cette fonction essentielle, l’humain n’aurait pas été en mesure de construire des routes, des rues et des trottoirs, et encore moins d’y circuler.

Malheureusement, en vieillissant, les gens, encore plus ceux souffrant d’un déclin cognitif plus accéléré, font face à une perte de ce sens de l’orientation. Lorsque cela se produit, les personnes âgées cessent d’explorer des lieux nouveaux et différents. Cette diminution de la mobilité peut entraîner une diminution de la participation sociale, ce qui, à son tour, peut exacerber les problèmes cognitifs.

Quelle est la nature de ce lien intime entre l’orientation et la cognition? Comment apprenons-nous à nous orienter? Comment pouvons-nous réduire l’impact de la perte de mémoire sur notre capacité à nous orienter dans le monde?

Joignez-vous à nous pour explorer ces questions vitales. La Dre Heidi Sveistrup, présidente-directrice générale et conseillère scientifique en chef de l’Institut de recherche Bruyère, inaugurera la soirée par une brève présentation. La Dre Nafissa Ismail, de l’École de psychologie de l’Université d’Ottawa, fera ensuite une présentation sur l’orientation dans une perspective de recherche fondamentale. Puis, le Dr Frank Knoefel, du Programme de la mémoire Bruyère, parlera de l’impact que peut avoir sur une personne le fait de perdre la capacité de s’orienter dans le monde, en particulier pour conduire. Nous accueillerons ensuite le Dr Antoine Hakim, qui nous donnera un aperçu essentiel de ce que vous pouvez faire pour prévenir l’apparition de la démence.

Inscrire Maintenant


 

mardi 1 octobre

stroke

L’autoréparation du cerveau est-elle possible après un AVC?

Date : mardi 1 octobre 2019
Heure : 17h30 à 19h00
Enregistrement : 17h00
Lieu : uOttawa, Roger Guindon| amphithéâtre 2005 | 451, chemin Smyth

 

Un accident vasculaire cérébral (AVC) est causé par une diminution soudaine du débit sanguin vers une région du cerveau, modifiant ainsi rapidement les fonctions cérébrales et le fonctionnement de l’individu. La plupart des AVC entraînent l’apparition rapide de déficits moteurs ou cognitifs, les régions du cerveau qui contrôlent ces fonctions étant privées de l’énergie et des nutriments nécessaires pour fonctionner correctement.

 

Les progrès réalisés dans le traitement des AVC en salle d’urgence, à l’aide de médicaments anticoagulants approuvés et de nouvelles méthodes chirurgicales testées cliniquement à Ottawa, aident davantage de personnes à survivre à un AVC en rétablissant le débit sanguin. Cette excellente nouvelle s’est traduite par un nombre croissant de survivants d’AVC au Canada (environ 400 000). Il est remarquable de constater que le cerveau est capable de s’autoguérir.  Les fonctions perdues peuvent être regagnées par la formation de nouvelles connexions et de nouvelles voies dans le cerveau. Cette capacité « naturelle » du cerveau à s’autoguérir nécessite toutefois une certaine assistance, car l’amélioration qui se produit se limite généralement à une courte période suivant l’AVC, et laisse de nombreux survivants aux prises avec des séquelles durables. Ce forum interactif vous permettra de rencontrer les professeurs et les équipes de recherche qui travaillent à favoriser le rétablissement suite à un AVC.  Renseignez-vous sur les essais en cours, notamment RecoveryNow ou ceux avec la réalité virtuelle, qui stimulent le cerveau des patients pour les aider à devenir actifs après un AVC. Découvrez ce qui se passe dans nos laboratoires, où l’on tente d’élucider le mystère entourant la façon dont le cerveau lutte pour s’autoréparer après un AVC par la régénération et la réorganisation, dans l’espoir de concevoir de nouveaux traitements qui pourraient aider le cerveau à se réparer.  

Inscrire Maintenant


mercredi 2 octobre

MS

La sclérose en plaques : les raisons pour lesquelles vous devriez faire de l’exercice et la façon de vous y prendre

Date : mercredi 2 octobre 2019
Heure : 17h30 à 19h00
Enregistrement : 17h00
Lieu : uOttawa, Roger Guindon| amphithéâtre 2005 | 451, chemin Smyth

Au cours des deux dernières décennies, les croyances concernant l’exercice physique chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SP) ont radicalement changé. De la peur et de la crainte que l’exercice n’aggrave la SP, nous en sommes venus à constater qu’il pouvait avoir une incidence positive sur l’évolution de la maladie. Nous savons maintenant que l’exercice est sans danger et qu’il présente de nombreux avantages pour les personnes atteintes de SP. Toutefois, plusieurs personnes trouvent la pratique d’exercice difficile. Ceci se traduit par un appel à l’action qui invite les chercheurs et les fournisseurs de soins de santé à définir des stratégies et des approches novatrices visant à faire profiter des bienfaits de l’exercice les personnes touchées par cette maladie.

Joignez-vous aux chercheurs, aux cliniciens et aux patients afin de mettre en lumière le passé, le présent et l’avenir de l’exercice physique pour les personnes atteintes de SP et leurs proches. Nous répondrons à des questions clés telles que « Quelle est la dose d’exercice suffisante? », « Comment les personnes atteintes de SP peuvent-elles être actives? » et « L’exercice peut-il retarder la progression de la maladie? ». Certains participants parleront de leurs expériences personnelles avec la SP et des effets de l’exercice. Nous discuterons également de l’impact de la SP sur la santé et le bien-être du partenaire, et mettrons l’accent sur les nouvelles interventions par l’exercice pour les personnes atteintes de SP et celles qui s’en occupent. Nous explorerons des approches novatrices en matière d’exercices, et terminerons par une période de questions.

Inscrire Maintenant


jeudi 3 octobre

 

Mental Health

Faire face aux tempêtes de l’adolescence : cannabinoïdes, dépression et automutilation

Date : jeudi 3 octobre 2019
Heure : 17h30 à 19h00
Enregistrement : 17h00
Lieu : uOttawa, Roger Guindon| amphithéâtre 2005 | 451, chemin Smyth

L’adolescence est une période de changement, de l’enfance à l’âge adulte. L’enfant apprend à faire partie de la famille, mais également à s’en séparer. Cela peut entraîner des comportements qui cherchent à briser les liens familiaux, et des sentiments de perte. Dans les cas extrêmes, cela peut mener à la dépression, l’automutilation et l’expérimentation de substances. Ce soir, plusieurs experts en pédopsychiatrie, en santé de la population et en science du cannabis discuteront de la façon dont les adolescents et les familles peuvent traverser ces tourments.

Inscrire Maintenant


vendredi 4 octobre

neural dynamics image

Décoder les circuits cérébraux et déchiffrer le code neuronal : les bases physiques de la perception, de la mémoire, de l’humeur et de la pensée

Date : vendredi 4 octobre 2019
Heure : 17h30 à 19h00
Enregistrement : 17h00
Lieu : uOttawa, Roger Guindon| amphithéâtre 2005 | 451, chemin Smyth

Comment percevons-nous? Acquérons-nous de nouvelles compétences? Rappelons-nous des événements passés? Reconnaissons-nous les visages familiers? Guidons-nous nos décisions quotidiennes sur la base de nos expériences passées ? Comment et pourquoi notre humeur affecte-t-elle ces décisions? Comment les maladies neurologiques et psychiatriques modifient-elles ces fonctions? Ce sont-là parmi les questions les plus profondes et les plus complexes auxquelles le domaine de neurosciences cherche à répondre. Alors que les recherches en cours révèlent quelles parties du cerveau participent à plusieurs de ces fonctions, la prochaine étape consiste à comprendre l’insaisissable code neural et la nature des opérations neuronales survenant dans les circuits cérébraux. De plus, les cellules et les circuits cérébraux individuels s’adaptent constamment au quotidien: comment cette plasticité sous-tend-elle la formidable capacité d’apprentissage du cerveau?

Le neuroscientifique Prof. Béïque et le neurophysicien Prof. Longtin décriront certaines des théories et découvertes actuelles qui façonnent notre compréhension encore rudimentaire de la façon dont les circuits cérébraux créent notre capacité à interagir de manière dynamique et ciblée avec le monde extérieur.

Inscrire Maintenant


Our Partners

Partner Logos

 

Haut de page